Une frontière de plus.

Aujourd’hui, visite au Parlement de Republika Srpska, pour rencontrer deux jeunes parlementaires du SNSD – le parti social-démocrate du premier ministre, Milorad Dodik. Milos, lui-même membre du SNSD, était tout fier de nous avoir arrangé le rendez-vous.

Il nous avait tellement parlé de ses deux « jeunes potes » que j’ai eu un moment de surprise en voyant deux armoires à glace en costard, dont le jeune âge disparaît déjà derrière des lunettes strictes et un début de calvitie. Jeunes ou pas, leur discours est déjà formaté, sans surprise ni spontanéité.

Mais le plus frappant, c’est la réaction de mon pote traducteur. Devant ses deux amis qui étalent tranquillement leur langue de bois, il est admiratif, et tout excité d’être là. Il nous fait comprendre que c’est presque un honneur qu’on nous fait de nous recevoir. Personnellement, la dicussion m’a un peu écoeurée. Au fond, peu importe les détails du discours et le parti auquel ils appartiennent, ces deux mecs sont hyper formatés, et notre traducteur, qui est d’abord un jeune journaliste, n’a l’air d’y voir que du feu.

A la sortie du Parlement, je lui demande comment il gère le lien entre journalisme et politique. Après tout, la question se pose partout, et pas qu’en Bosnie. Il reconnaît que c’est une question qu’il se pose régulièrement. « J’essaie de rester objectif, me répond-il, et d’être critique par rapport à mon parti. » Il cite un ou deux de ses papiers, qui parfois lui ont attiré des remarques. Mouais. Moi je revois surtout son admiration pour ses potes, dont il me reparle longtemps après l’interview, et le fait que le parti dont il est membre contrôle la chaîne de télé nationale. Milos est un type intelligent et super intéressant, mais j’ai du mal à croire à l’indépendance dont il me parle.

En partant, il me demande mes impressions. Difficile de lui dire que j’ai trouvé ses amis tellement caricaturaux que j’en ai la nausée… Alors je coupe la poire en deux, en parlant de « discours très politicien », dont je ne sais pas si je vais pouvoir me servir pour la radio. Je ne sais pas s’il a compris où je voulais en venir. En tout cas, il m’assure très gentiment que je peux toujours recontacter les deux types si besoin. Ils sont très occupés, mais se rendront disponibles pour nous, me dit-il. Mais personnellement, je n’ai plus aucune envie de les revoir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s