Banja Luka

Soyons clairs, l’arrivée n’a pas été des plus joyeuses. Hôtel franchement minable, ville pas super jolie, le wifi ne marche pas partout, bref, on sentait le scepticisme nous gagner. Et puis très vite les étudiants sont arrivés. Milos, étudiant en journalisme de 23 ans, nous a accompagnées, deux collègues et moi, faire un tour dans la ville. Très vite, on rejoint deux potes à lui. Sonja, Mili et Milos nous racontent tout ce qu’ils savent sur Banja Luka, et déjà l’ambiance est beaucoup plus détendue. La conversation est super intéressante, nos trois guides très ouverts. On parle communautés et guerre comme de musique et de journalisme. On se retrouve dans un bar « Castro », avec plein de posters de Fidel partout, pour boire une bière. La soirée, très sympa, se termine sur une invitation à venir fêter avec eux la St Georges, une fête orthodoxe, chez un de leurs amis, à une heure de Banja Luka. Il n’y a qu’une place dans la voiture…

… et j’ai la chance de pouvoir la prendre. Après un petit road trip sur les routes de montagne que je n’aime décidément que très moyennement, on arrive à l’heure du déjeuner dans une cuisine pleine de monde, et surtout pleine de nourriture. Sur la table, de la viande froide, des fromages faits maison, des poivrons marinés, de la salade de choux. Chaque assiette terminée est remplie automatiquement par notre hôte, et mieux vaut manger si on ne veut pas la vexer. Mili m’explique qu’on dépense beaucoup d’argent pour accueillir dignement les invités de la St Georges. Ne pas toucher à son assiette, c’est donc presque de la provocation. Pareil pour la rakjia, la boisson traditionnelle, une eau de vie de prune: qu’on en veuille ou pas, on finit toujours par en boire.

Après le déjeuner,  balade dans les montagnes du coin, le long de la rivière Ribnik. L’eau est tellement claire qu’on peut la boire directement. L’endroit est paradisiaque, et les garçons sont très fiers de me le montrer.

Fière, elle l’est aussi, notre hôte, lorsqu’elle me fait visiter la maison. C’est son mari qui l’a construite, ils y ont vécu jusqu’au début de la guerre. Lorsque les croates sont arrivés dans la région, elle a du partir avec ses trois enfants se cacher à Banja Luka. Son mari lui est resté. Il est mort quelques semaines plus tard sous les balles bosniaques. Ce sont des amis grecs de la famille qui l’ont aidée à s’en sortir, notamment au niveau financier. Dans le salon, je ne vois qu’une chose,  la photo de Karadzic accrochée au mur. Je demande à Milos ce qu’elle fait là, il traduit. « Je n’aime pas Karadzic, mais cette photo, mon mari l’avait sur lui quand il est mort. Je la garde, et elle restera toujours ici. »

Cette femme est une vraie force de la nature. Elle passe son temps à courir pour nourrir ses invités, qui n’ont fait que manger et boire toute la journée. Dix fois, elle me demande si je ne manque de rien et m’assure que je dois absolument revenir passer des vacances ici. Elle m’aime tellement qu’elle aimerait que j’épouse son fils. Milos rit en me traduisant cette phrase. Moi je souris un peu bêtement, et je change vite de sujet.

Quand nous partons pour Banja Luka, elle m’embrasse comme sa fille et me donne un petit sac avec deux paquets, une tasse et un paquet de gaufrettes. « Modeste, mais bon quand même ». Je me confonds en remerciements.

Je suis épuisée, mais consciente de ma chance d’avoir assisté à cette journée. Le must, c’est Milos et ses amis qui adorent jouer les guides. Ils sont si fiers de leur région qu’ils tiennent à en renvoyer une bonne image. Du coup, ils sont adorables, sans en faire trop, et s’arrangent pour que je bosse dans de bonnes conditions. Dans la voiture du retour,  des chansons de Kusturica et du No Smoking Orchestra. Les garçons chantent à tue-tête. Mili se tourne vers moi: « Bientôt, tu devras les chanter aussi bien que nous. » J’ai du boulot.

Publicités

10 réponses à “Banja Luka

  1. Tu parles de quoi quand tu parles de travail?

  2. Non non. Va voir la page « About », tu comprendras. Ce blog sert juste à raconter mes impressions persos. Le « vrai travail » sera diffusé plus tard sur France Culture et France Inter…

  3. je suis un naab x).

  4. cathrine Kujawski

    Ma Chérie

    toujours formidable de te lire ,continue à nous abreuver de tes impressions bosniaques .
    un rappel concernant Charles qui mardi 11 mai a 80 ans .si tu peux envoyer un sms sur le portable de Mamie , ce serait formidable !
    aujourd’hui dimanche ns avons fêté l’anniversaire de FRancienne , avec quelques amis à elle .bonheur total ds le jardin au soleil, tout s’est bien passé dans la bonne humeur malgré F qui voulait absolument nous faire jouer à des jeux loufoques !

    nous t’embrassons très fort . Mam et Pap

  5. C’est génial de lire tes impressions au fur et à mesure de ta découverte des lieux, j’espère que tu n’auras pas trop de difficultés techniques à continuer car c’est vraiment sympa de suivre, disons non pas en direct, mais en « léger différé » et de ne pas découvrir une version trop travaillée. J’aime beaucoup le ton, léger sans être trop désinvolte, avec un vrai souci de faire partager tes expériences au plus près. Très franchement c’est vraiment appréciable !

  6. Wow, eh ben je ne m’attendais pas à tant d’éloges, surtout pour un truc écrit un peu à l’arrache (j’ai pas le temps de faire mieux). Je vais essayer de continuer, autant que possible 🙂
    Merci de tes encouragements en tout cas!

  7. En effet c’est très agréable à lire.

  8. La lecture de tes compte-rendus de voyages garantissait un grand moment, ça se confirme, plus encore. Bon, Raoul n’en fera ni n’en « écrira » pas trop mais n’en pense pas moins. Raoul transmet à Ariane, au fil, à Banja Luka, ses meilleures pensées et attend la prochaine livraison du fil. Raoul ne pense pas du fil qu’il est une petite cervelle. Raoul va faire un peu de vélo – avec Madame Bénard, si la chance est avec Raoul.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s